Un singe ingrat

Un singe ingrat

Notre histoire se déroule dans la jungle. Là, se trouve un malheureux petit Macaque. Toute la journée, il se plaint : il n'est pas aussi beau que la Gazelle, il n'inspire pas la terreur du Crocodile, il n'a pas la majesté du Lion. Un jour, il va voir ce dernier :

— Ô grand Lion, comment fais-tu pour être le roi de cette jungle ?

Le Lion sourit et lui répond :

— Vois-tu jeune Macaque, à ton âge j'étais l'animal le plus pitoyable de toute la jungle. J'étais petit et faible, comme toi, et j'étais la risée de tous les animaux ! Mais avec le temps, je ne sais pas trop pourquoi, je suis devenu grand, fort et beau, et tous s'agenouillent devant moi, car j'ai une belle crinière de feu ! Sois patient, et un jour, tu auras ta place dans la jungle.

Le Macaque, désemparé, erre entre les arbres. Les mots du Lion résonnent sans arrêt dans sa tête, mais il ne peut les comprendre :

— Mais, je suis un simple Macaque ! se dit-il. Jamais je n'aurais une crinière de flammes comme le Lion, je ne peux pas attendre toute ma vie !

Alors le désespoir le prend :

— Jamais je n'attiserai le désir de la Gazelle, jamais je n'inspirerai de la crainte au Crocodile, et jamais je n'obtiendrai le respect du Lion ! Mieux vaut partir de la jungle, et ce, à tout jamais !

Alors qu'il prononce ces mots, il réalise qu'il se trouve dans un marais sombre, boueux et inquiétant. Devant lui se dresse alors un Serpent :

— Je t'entends marmonner depuis tout à l'heure, petit Macaque, lui dit-il. Mais je ne comprends pas ce qui te rend si triste. Pourquoi veux-tu quitter la jungle ?

Le singe lui raconte ses tourments.

— Mais je ne comprends toujours pas ! répond le reptile. As-tu seulement demandé à la Gazelle si elle te trouvait beau ? Pour qu'il te laisse en paix, ne peux-tu pas simplement jeter des pierres au Crocodile du haut des arbres, ou lui jouer quelques tours comme toi seul ici en a le secret ? Et le Lion, par ses conseils, ne t'a-t-il pas déjà fait la preuve de son amitié ?

— Cesse de te moquer ! La Gazelle n'a pas besoin de le dire, je sais qu'elle ne me voit pas ! Le Crocodile est féroce, il ne respecte que les griffes et les crocs ! Quant au Lion, il se rit de moi, lui aussi, il sait très bien que jamais je n'aurai la même crinière de feu ! Je ne peux rien y faire, jamais je ne serai le Roi de la Jungle !

Le Serpent réfléchit un instant.

— Si c'est du feu que tu veux, je peux t'en trouver ! J'ai vu les Hommes le faire sortir de sa tanière, et dompter sa furie majestueuse pour y réchauffer leurs pieds ! Et comme moi, hélas, je n'ai pas de bras, je ne peux pas faire comme eux. Mais viens avec moi, je vais te montrer le secret ! À défaut d'être le Roi de la Jungle, petit singe, tu impressionneras tous les animaux par ta prouesse !

Le Macaque retrouve le sourire et accepte immédiatement. Le Serpent le mène à un tas d'étranges cailloux. Suivant les conseils de l'aspic, il les frappent les uns contre les autres, et fait tomber une pluie de petites étincelles sur un cornet de bois et de feuilles sèches. Dans un ronflement effrayant, le Feu se lève de sa couche, et le Macaque effrayé se cache, craignant d'avoir attisé sa colère.

— Pour les êtres comme nous, petit singe, il existe d'autres destins. Mais réjouis-toi ! Certains sont plus glorieux et plus précieux que celui d'un Roi ! À défaut d'être un Lion, tu seras le Maître du Feu !

Le Macaque, après un moment d'hésitation, ramasse la torche. À ce moment, il sent la chaleur sur sa fourrure, et un frisson le parcours. Les flammes dansantes font briller dans ses yeux un éclat féroce, et dans un grand mouvement du bras, il agite sa torche vers le Serpent. L'aspic, brûlé, siffle de douleur et rampe à toute vitesse se cacher sous un rocher. Fou de bonheur, le Macaque se sent plus grand que jamais. Fier comme un Lion, il retourne dans la jungle, brandissant son flambeau à bout de bras. Sur son passage, les animaux le regardent, effrayés et ébahis. La Gazelle le voit, et ses yeux brillent d'admiration. Le Crocodile se cache, et tremble de frayeur. Le Lion lui sourit, et le félicite de son exploit. Le Macaque exulte de joie. Enfin ils le voient ! Enfin, il est vu ! Les animaux l'aiment, l'admirent et le craignent.

— Saluez votre nouveau Roi ! crie-t-il. Mais à ces mots, les animaux, que ses prouesses avaient laissés gueules et becs béants, éclatent de rire.

— Tu es très fort, Macaque ! Non seulement tu sais dompter le Feu, mais en plus tu es le plus drôle de tous les animaux ! Quelle chance de t'avoir avec nous dans cette jungle !

Le Macaque, voyant le monde lui rire au nez, rentre dans une colère noire.

— Cessez de suite ! Je suis votre Roi ! Moi aussi, j'ai une couronne de flamme ! hurle-t-il, et ce faisant, il agite sa torche au-dessus de sa tête, démontrant à tous son grand pouvoir. Mais sa torche de feuilles et de roseaux se consume à vue d’œil, et très vite, une flammèche vient lui mordre la patte. Dans un cri de douleur, le Macaque laisse s'échapper le Feu en colère. Celui-ci se déchaîne, les braises partent en tous sens et bientôt, le brasier dévore toute la jungle et ses animaux. Plus de Gazelle, de Crocodile ni de Lion. Seul reste le Macaque, dans le désert de cendres.

Alors qu'il pleure, la fourrure roussie et les pattes brûlées, il est surprit par un sifflement vengeur.

— Je t'entends pleurer depuis tout à l'heure, Macaque. Tu as eu ce que tu voulais, non ? Un beau royaume pour toi tout seul ! Il y a une limite aux reproches que l'on peut faire au Monde, petit singe, tu aurais pu être le plus grand des Macaques, mais tu as voulu être Roi ! Félicitations, Votre Majesté !

Sur ces sinistres paroles, le Serpent ouvre la gueule et l'engloutit. Dans ces instants amers, il savoure ce repas, car, ironie du sort, dans sa folie, le Macaque s'était lui même cuit à point...

Commentez cet article