Les Bonnes Actions de Kenny le Koala

Les Bonnes Actions de Kenny le Koala

Il était une fois un koala du nom de Kenny. C'était vraiment un chic type.
Il se déplaçait toujours en souriant et était tout le temps gentil et aimable avec tout le monde : avec les vieux kangourous et les jeunes kangourous, avec les kookaburras adultes et avec leurs oisillons aussi.
Il ne manquait jamais d'enlever son chapeau et de dire « Bonjour » à tous les animaux qu'il rencontrait, de s'inquiéter de leur santé et de leur demander s'ils avaient besoin d'aide pour quoi que ce soit.

Au bout d'un certain temps, les autres animaux commencèrent à se méfier de Kenny le Koala. « Quelle pouvait bien être la raison d'une telle gentillesse envers tout le monde ? Il y avait certainement une arrière-pensée là-dessous ! » murmuraient-ils quand Kenny passait joyeusement devant eux sans se presser pour sa promenade matinale.

Et c'est ainsi qu'ils demandèrent à Mona le Varan-en-chef d'observer en douce le comportement de Kenny dans sa vie privée. Il n'était probablement pas si gentil que ça et devait dévoiler sa vraie nature chez lui, pensaient les kangourous, les echidnas et les wombats.

Après une surveillance ininterrompue de quelques semaines, Mona le Varan-en-chef revint avec les résultats : Kenny le Koala était tout aussi gentil et aimable dans le privé qu'il l'était en public. Jamais il n'élevait la voix, n'entrait dans une colère noire ni ne s'énervait à la maison.

Et pourtant les animaux n'étaient pas convaincus de la bonté de Kenny. C'est ainsi que pour l'étape suivante, ils eurent l'idée lumineuse d'attacher subrepticement, sur la tête de Kenny, un appareil minuscule capable de lire les pensées pour avoir la preuve irréfutable qu'il gardait cachées des pensées désobligeantes. Les kangourous, les echidnas et les wombats se frottèrent tous les pattes de joie en attendant les résultats avec impatience. Ils allaient enfin découvrir ce qu'il pensait vraiment d'eux, quelles mauvaises pensées lui traversaient l'esprit même quand il faisait semblant de faire des bonnes actions. « Vraiment, se disaient-ils, est-il possible que Kenny n'ait pas de pensées impures de jalousie, d'envie, d'orgueil et de haine ? Il ne fait aucun doute qu'il va
dévoiler sa vraie nature dans ce qu'il s'imagine être la plus stricte intimité de son esprit. »

Hélas, les pensées que la machine avait enregistrées étaient aussi pures que les actions de Kenny. Jamais aucune mauvaise pensée ne lui traversait l'esprit ; il n'avait que des points de vue affectueux au sujet de chaque animal de la brousse. Les animaux étaient sidérés. Ils avaient analysé l'esprit de Kenny dans ses moindres coins et recoins pour y trouver ne serait-ce qu'une pensée désobligeante au sujet de quelqu'un, ou rien qu'une petite pointe de haine ou de jalousie mais ils ne trouvèrent rien du tout.

Et c'est ainsi que les animaux en voulurent de plus en plus à Kenny le Koala d'être toujours si gentil, si heureux et si doux. « On ne peut pas avoir un tel dégénéré parmi nous, déclarèrent-ils. Il faut prendre des mesures draconiennes et le faire sans tarder. »

Ils décidèrent de s'adresser à Kenny en personne et d'exiger de lui une explication au sujet de son comportement étrange. « Kenny le Koala, pourquoi as-tu toujours le cœur aussi pur et gentil ? demandèrent-ils. Pourquoi es-tu toujours si heureux ? »

Cette brutalité inattendue des kangourous, des echidnas et des wombats, déprima vraiment Kenny le Koala. Il commença à s'inquiéter de ne pas avoir de mauvaises pensées au sujet de qui que ce soit et à se sentir coupable de provoquer le trouble et de perturber le bon fonctionnement de la société animale de par sa conduite déraisonnable. Il oublia d'effectuer ses bonnes actions et au lieu de ça, passa ses journées à scruter son esprit avec obsession afin de trouver ne serait-ce qu'une pensée mesquine au sujet de quelqu'un. Et c'est ainsi qu'il eut une terrible dépression nerveuse, fut déclaré fou furieux et conduit à l'Asile de Sécurité Maximum pour la Faune Indigène Criminellement dérangée.

Et c'est là que Kenny le Koala réside encore à ce jour, alangui et seul, sans visiteurs et sans espoir de jamais être relâché.

Et la morale de cette histoire est qu'aucune bonne action ne reste jamais impunie.

Commentez cet article