Le Violoneux de Saint-Brice

Dans la cave d'une maison du Pavé de Saint-Brice, faubourg de Chartres, se tenait l'un des plus beaux veillons du pays chartrain (cette histoire se serait passé, suivant la chronique chartraine, dans la nuit du samedi 6 janvier 1725). Chaque soir, l'immense cave réunissait joyeuse et nombreuse compagnie ; mais, ce soir-là, au contingent habituel de l'assemblée vinrent se joindre huit jeunes gens et..

Lire la suite
Les trois oranges d'amour

Il était une fois un prince qui ne riait jamais. Mais un jour, une femme dit : – Moi, je le ferai rire ce prince, rire et pleurer. Et la femme revêtit des haillons cousus avec de la ficelle, répandit ses cheveux sur ses épaules et au son d'un tambourin alla danser devant le prince qui se tenait accoudé au balcon de son..

Lire la suite
Les trois ours

Il était une fois, une famille de trois ours qui vivait dans les bois, où ils habitaient une très jolie petite maison. Il y avait Ourson, Maman Ourse et Papa Ours… C’était une famille heureuse. La maison était confortable, entourée d’un jardin dans lequel Maman Ours faisait pousser toutes sortes de fleurs multicolores pour les abeilles au printemps. Un jour après que..

Lire la suite
Le tapis

Il y a bien des siècles, le sultan de Constantinople s’en alla, dit-on, avec une suite nombreuse, faire une excursion dans le pays des Kurdes. Son fils l’accompagnait. Ils traversèrent des fleuves et des forêts, gravirent des montagnes, et parvinrent à de vastes plateaux, couverts de près et de cultures. Un jour, ils arrivèrent aux abords d’un grand village entouré de prairies, où ils..

Lire la suite
Le sabre enchanté de Va-de-bon-coeur

J'étais de garde, cette nuit-là ; il pleuvait à verse, et, à demi couché dans le fauteuil à bascule que le gouvernement accorde à l'officier de service, je sommeillais à moitié, entendant vaguement causer les hommes du poste par la porte entr'ouverte qui communiquait avec le corps de garde. De grands éclats de rire achevèrent de me réveiller ; le tambour racontait l'histoire du..

Lire la suite
Rothisen

Dans un pays de l’Extrême-Orient vivait un jeune prince appelé Rothisen. Compatissant aux misères de tous, il n’avait pas de joie plus vive que de secourir les pauvres, de soulager, de consoler les affligés. Ce n’était pas seulement aux habitants de son pays qu’il accordait sa tendre pitié : elle s’étendait à tous les hommes et même à toutes les créatures. Êtres marchant sur le..

Lire la suite
Les renards

Je vous dirai comment le duc et la duchesse de Joyeuse, avec leurs deux garçons, passèrent la Noël dans leur château qui est encore debout à Couiza, entre l’Aude et la Salz. Le plus jeune des fils était parti seul à la chasse dans la montagne, du côté de Véraza et Saint-Salvayre. Il suivait un sentier à travers des bruyères, quand il..

Lire la suite
La Reine des poissons

Il y avait dans la province du Valois, au milieu des bois de Villers-Cotterêts, un petit garçon et une petite fille qui se rencontraient de temps en temps sur les bords des petites rivières du pays, l’un obligé par un bûcheron nommé Tord-Chêne, qui était son oncle, à aller ramasser du bois mort, l’autre envoyée par ses parents pour saisir de petites anguilles que la..

Lire la suite
La pie

Le sire de Bruyères dont la statue est encore au château de Chalabre était devenu amoureux de Catherinette, une petite dentellière. Catherinette était aussi vertueuse que jolie, et le sire de Bruyères l’épousa. Elle resta malgré sa bonne fortune aussi affable et avenante que devant, et le bon peuple de Chalabre, ajoutant un peu de respect à l’ancienne familiarité, l’appela désormais : Madame Catherine...

Lire la suite
Patte de Coq

Il y a longtemps, longtemps, bien avant que vous et moi ne fussions nés, vivaient à Montjardin, Prés de Chalabre, un ménage de paysans avec leur fille, Lavallière. Un jour, la mère mourut, et le père, fou de douleur sentit qu’il ne lui survivrait pas longtemps. Il fit venir auprès de son lit sa petite fille et lui dit : – Je suis..

Lire la suite