Je touche de mon pied le bord de l'autre monde
Francois Maynard



Je touche de mon pied le bord de l'autre monde,
L'âge m'oste le goust, la force et le sommeil ;
Et l'on verra bien-tost naistre du sein de l'Onde
La premiere clarté de mon dernier Soleil.

Muses, je m'en vay dire au fantosme d'Auguste
Que sa rare bonté n'a plus d'Imitateurs,
Et que l'esprit des Grands fait gloire d'estre injuste
Aux belles passions de vos Adorateurs.

Voulez-vous bien traitter ces fameux Solitaires
A qui vos Deïtez découvrent leurs mysteres ?
Ne leur promettez plus des biens ny des emplois.

On met votre science au rang des choses vaines ;
Et ceux qui veulent plaire aux Favoris des Rois,
Arrachent vos Lauriers, et troublent vos Fontaines.


  

Commentez ce poème